Kilomètre Zéro


Voyez ou revoyez
Les épisodes de Kilomètre zéro en vidéo sur demande.

Suivez-nous sur
Twitter


NOUS JOINDRE

Par courriel
kilometrezero@telequebec.tv

Par la poste
Kilomètre zéro
270, chemin Sainte-Foy
Québec (Québec)
G1R 1T3

Par téléphone
418 643-5303

Les reportages les plus inspirants de l'automne

LUNDI 8 décembre 2008 - 19 h

Rediffusion :
Mardi 9 décembre 2008 - 12 h 30
Mardi 9 décembre 2008 - 1 h

Voir l'émission

Quand la pauvreté porte le nom d’un quartier

Voir le segment

Quand la pauvreté porte le nom d’un quartier

Dans l’un de ses voyages, Kilomètre zéro est allé à la rencontre des plus démunis pour mettre un visage sur ce qu’est la pauvreté au Québec. Une pauvreté silencieuse, souvent invisible au premier coup d’œil. Une rencontre vous a profondément touché, celle de la famille Gignac dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, l’un des quartiers les plus pauvres au Canada. Ces derniers auraient pu facilement nous entretenir des difficultés financières, des efforts pour joindre les deux bouts. Pourtant, ils nous ont offert un tout autre regard… Par Janie G. Brunet, Montréal

La pauvreté d’une région à l’autre

Montréal serait la troisième MRC la plus pauvre au Québec avec 19,3 % de sa population à faible revenu d’après les données compilées de l'Institut de la statistique du Québec pour l'année 2006. Au premier rang, on retrouve la Basse-Côte-Nord (23,3%) suivie du Haut-Saint-Laurent (19,5%). La Vallée-de-la-Gatineau (18,4%) et Kativik (18,2%) suivent Montréal de près.

Avenirs compromis

Voir le segment

Avenirs compromis

Le secteur manufacturier vit une véritable crise : 124 000 travailleurs y ont perdu leur emploi en seulement 6 ans…. sans compter les milliers d’emplois indirects. Dans une émission sur le sujet, Kilomètre zéro s’est rendu à Lebel-sur-Quévillon où la fermeture de la Domtar a compromis l’avenir de 700 travailleurs du secteur forestier. Vous y avez rencontré deux hommes très inspirants, bien déterminés à ne pas se laisser abattre par la misère qui s’acharne sur la ville. Par André Cullen, Abitibi-Témiscamingue

À propos de la mine de Lebel-sur-Quévillon

Située à 45 minutes de Lebel-sur-Quévillon, la mine Langlois exploite du zinc et est la propriété d’une entreprise de Toronto (Breakwater Ressources). Comme d’autres compagnies minières, elle manque de personnel qualifié. À tel point que ces dernières années, elle a dû recruter des travailleurs jusqu’en Tunisie. Certains chômeurs de la région ont quant à eux pu suivre des formations financées par le gouvernement du Québec pour se joindre eux-aussi à la mine. (Sources : La Presse, ville de Lebel-sur-Quévillon, CRÉ-Abitibi-Témiscamingue)

Quand raccrochage rime avec emploi

Voir le segment

Quand raccrochage rime avec emploi

Retourner à l’école, c’est possible à n’importe quel âge… En Haute-Gaspésie, une mère qui a décidé de raccrocher à l’âge de 47 ans, a entraîné sa fille dans son sillage alors que cette dernière avait décroché un an plus tôt. Diplôme en main, les deux femmes se remémorent leur retour à l’école. Elles nous racontent aussi comment leur diplôme a changé leur vie en leur permettant de travailler dans une région, où justement, on manque de travailleurs qualifiés. Un reportage de Mathieu Boudreau

À propos des emplois en Haute-Gaspésie

Le Centre local d’emploi (CLÉ) de la Haute-Gaspésie (lieu de notre reportage) est situé à Saint-Anne-des-Monts. Là, on a créé un service d’aide pour soutenir les gens qui ont de la difficulté à réintégrer le marché du travail, notamment chez les 50 ans et plus. Il s’agit du programme « Transit » . On peut également faire appel au réseau « Vis et apprends ».
Pour savoir si un tel service est disponible dans votre région, contactez votre CLÉ. Il y en a 154 sur le territoire du Québec.

Samian ou l’art de faire tomber les barrières

Voir le segment

Samian ou l’art de faire tomber les barrières

Dans un reportage issu d’une émission sur la cohabitation entre autochtones et non-autochtones, Kilomètre zéro vous transporte finalement dans les coulisses du spectacle de Samian, un rappeur Algonquin. Il invitait cet été des artistes québécois de différentes communautés culturelles à jouer sur la même scène, qui représentait symboliquement une terre d’accueil. N’est-ce pas Victor Hugo qui disait : «En art point de frontière»? Par Marc Bergeron, Québec

En savoir plus

Organisé par l’organisme Wapikoni Mobile, le spectacle « Hip Hop tout en couleur » a été présenté à l’Espace 400e de Québec le 17 août. Outre Samian et Loco Locass, les artistes présents étaient l’Algonquin Jeremy Kistabish, le chanteur innu Shauit (Malioténam), le VJ inuit Géronimo (Iqaluit), Webster, Lokky et Karim Ouellet (Québec), Princess Atak, Woods (Montréal) et Accrophone (Québec). Pour visionner le clip « La paix des braves » de Samian et Loco Locass, cliquez ici.