Kilomètre Zéro


Voyez ou revoyez
Les épisodes de Kilomètre zéro en vidéo sur demande.

Suivez-nous sur
Twitter


NOUS JOINDRE

Par courriel
kilometrezero@telequebec.tv

Par la poste
Kilomètre zéro
270, chemin Sainte-Foy
Québec (Québec)
G1R 1T3

Par téléphone
418 643-5303

Pourquoi nos jeunes se mutilent?

LUNDI 23 février 2009 - 19 h

Rediffusion :
Mardi 24 février 2009 - 12 h 30
Mardi 24 février 2009 - 1 h
Jeudi 26 février 2009 - 1 h
Samedi 28 février 2009 - 0 h 37

Voir l'émission

Se mutiler pour ne pas mourir : l’histoire de Véronique

Voir le segment

Se mutiler pour ne pas mourir : l’histoire de Véronique

De façon intimiste, Véronique nous parle de la première fois qu’elle s’est mutilée, des raisons, des sensations, et de ce qui l’a poussée à continuer. Ariane et Justine, des amies qui l’ont aidée, nous racontent comment elles ont accompagné leur amie en détresse. Une histoire qui nous est racontée dans le souci d’aider les autres.
Journalistes : Karina Marceau et Julie Paquin
Réalisatrices : Céline Turgeon et Sophie Caron, Outaouais

Des informations pour vous aider

L’Université Cornell aux États-Unis a produit cinq brefs documents sur l’automutilation destinés à informer et aider le grand public. Vous pouvez cliquer sur les liens suivants pour les consulter (disponible seulement en anglais) :
1) Le top 15 des fausses idées sur l’automutilation
http://www.crpsib.com/userfiles/File/SI Misconceptions.pdf
2) Informations générales pour gérer son stress ou pour aider les autres à le faire
http://www.crpsib.com/userfiles/File/Coping.pdf
3) Informations pour ceux qui se mutilent : comment exprimer autrement ses émotions
http://www.crpsib.com/userfiles/File/Alternative Strategies.pdf
4) Informations pour les parents qui ont un enfant qui se mutile
http://www.crpsib.com/userfiles/File/Parent.pdf
5) Informations pour ceux qui ont un ami qui se mutile
http://www.crpsib.com/userfiles/File/Friend.pdf

Vous pouvez également consulter le site de l’Association canadienne pour la santé mentale qui fournit de l’information sur l’automutilation ou les contacter pour obtenir des références dans votre collectivité.

L’automutilation comme phénomène social

Voir le segment

L’automutilation comme phénomène social

Préférant l’anonymat, c’est sur le web que les jeunes échangent sur l’automutilation. Mais qui sont ces jeunes qui se mutilent et pourquoi le font-ils? Quel est l’impact d’Internet et de la culture populaire dans la propagation de ce comportement? Et surtout, y a-t-il un risque de contagion? Kilomètre zéro est allée chercher des réponses notamment sur Internet.
Journaliste : Julie Paquin
Journaliste-Réalisateur : Marc Bergeron, Québec

De l’expertise au Québec

Les recherches sur l’automutilation sont récentes et peu nombreuses. Mais à l’Université McGill, la psychologue et professeure Nancy Heath est l’une des membres fondateurs de la Société internationale pour l’étude de l’automutilation (International Society for the Study of Self-Injury (ISSS)). Avec son équipe de recherche, elle a réalisé plusieurs études sur l’automutilation. http://www.education.mcgill.ca/heathresearchteam/team.htm

Dans une étude réalisée auprès de 50 professeurs au secondaire à Montréal, on apprend que 74% d’entre eux ont déjà été confrontés à l’automutilaton chez les élèves et que 62% croient que le phénomène augmente. Les difficultés familiales; les émotions et l’estime de soi; l’anxiété et le stress; la pression des pairs ou le « fitting in » (besoin d’appartenance) ont été les raisons les plus souvent données par les professeurs pour expliquer pourquoi les jeunes se mutilent.

Entrevue avec Shawna Atkins : pourquoi le corps devient un terrain de guerre…

Voir le segment

Entrevue avec Shawna Atkins : pourquoi le corps devient un terrain de guerre…

En compagnie de Shawna Atkins, psychologue, chargée de cours à l’Université McGill et intervenante auprès de personnes qui se mutilent, Karina Marceau cherche à mieux comprendre le phénomène.

Comment réagir? Quoi faire?

• Ne pas être horrifié. Offrir un appui sans juger ni critiquer. Ne pas blâmer, ne pas réagir comme si ce comportement était impossible à comprendre.
• Se concentrer sur l’identification des émotions. Comprendre ce qui amène cette personne à se mutiler.
• L’aider à trouver d’autres moyens que l’automutilation pour gérer ses émotions.
• Trouver une assistance professionnelle compétente telle qu’un psychologue. Si nécessaire, engager cette personne dans une thérapie privée

Des jeunes font échec à l’automutilation

Voir le segment

Des jeunes font échec à l’automutilation

Il n’y a rien de mieux qu’un jeune pour en aider un autre… À Sept-Îles ils l’ont compris! Kathy Perron, une travailleuse sociale, forme des jeunes à reconnaître les comportements autoblessants et à intervenir. Par le témoignage d’une jeune fille qui s’est mutilée à plusieurs reprises, on comprend mieux l’action des pairs-aidants et la façon d’agir devant de tels comportements.
Réalisatrice : Myriam Caron, Côte-Nord

À propos des pairs-aidants

Tel-jeunes soutient la création de groupe de pairs-aidants dans les écoles secondaires en offrant de la formation et du perfectionnement. Tel-jeunes a conçu le programme Aider, c’est branché!

Le kilomètre de plus

L’automutilation d’une jeune fille ordinaire

L’automutilation d’une jeune fille ordinaire

Voir la vidéo

Retrouvons l’adolescente du reportage de Sept-Îles. Elle nous en dit un peu plus sur les raisons qui l’ont portée à se mutiler et sur ce qui l’a convaincue de consulter et d’arrêter cette pratique. Sa mère lève davantage le voile sur son expérience en tant que parent et sur ses craintes face au comportement autoblessant de sa fille. Par Myriam Caron, Côte-Nord