Kilomètre Zéro


Voyez ou revoyez
Les épisodes de Kilomètre zéro en vidéo sur demande.

Suivez-nous sur
Twitter


NOUS JOINDRE

Par courriel
kilometrezero@telequebec.tv

Par la poste
Kilomètre zéro
270, chemin Sainte-Foy
Québec (Québec)
G1R 1T3

Par téléphone
418 643-5303

Syndrome PAS DANS MA COUR - Promoteurs ou citoyens : qui tient le gros bout du bâton?

LUNDI 14 septembre 2009 - 19 h 30

Rediffusion :
Mardi 15 septembre 2009 - 15 h
Mercredi 16 septembre 2009 - 0 h 47

L’uranium de la colère

L’uranium de la colère

Terra Ventures, une compagnie minière spécialisée dans l'uranium, a effectué de la prospection sur un terrain près de Sept-Îles. Le problème : la compagnie n'a pas informé la population locale avant d’entreprendre les forages. Un citoyen choqué a décidé de mobiliser toute sa communauté, appuyé par les médecins de l’endroit qui menacent de quitter la région, inquiets pour la santé publique.
Par Myriam Caron, Côte-Nord.

David contre Goliath

David contre Goliath

Des citoyens de l’arrondissement de La Baie à Saguenay, opposés au projet de quai de croisière, ont vite été muselés par une campagne promotionnelle habilement orchestrée. Le syndrome Pas dans ma cour n’a pu prendre forme car la campagne de marketing de la ville n’offrait aucune faille à exploiter.
Par Nicolas Lévesque, Saguenay—Lac-St-Jean.

Une chicane en or

Une chicane en or

Les citoyens de Malartic en Abitibi sont divisés face au projet de la compagnie minière Osisko. Dans le coin droit, les Pas dans ma cour dénoncent les conséquences environnementales du projet de mine à ciel ouvert. Dans le coin gauche, des ex-mineurs et des gens d’affaires souhaitent ardemment que le projet prenne vie. La municipalité a besoin d’emplois et d’investissements. Ça presse!
Par André Cullen, Abitibi-Témiscamingue.

Ville à vendre

Ville à vendre

Une dinde à Noël, des pots de confitures sur le balcon, des frais scolaires payés, les citoyens de Malartic comptent de moins en moins d’opposants au projet de mine à ciel ouvert. La compagnie Osisko fait tout pour convaincre les irréductibles. Aura-t-elle raison d’eux?
Par André Cullen, Abitibi-Témiscamingue.

Victimes d'une poursuite-bâillon

Victimes d'une poursuite-bâillon

Le Carrefour

Promoteurs ou citoyens : qui tient le gros bout du bâton?

Envie de réagir? Kilomètre zéro met un carrefour à votre disposition pour vous exprimer.


VOS COMMENTAIRES (1)

Re: Promoteurs ou citoyens : qui tient le gros bout du bâton?

Ce reportage a été tourné au début de l'été 2009, entre-temps, le gouvernement du Québec a donné son accord pour le projet Canadian Malartic de la Corporation minière Osisko.

J'habite moi-même à Malartic et je fais partie de ces personnes qui ont été relocalisées.

Il est vrai que beaucoup de cadeaux ont été donnés ici et là, mais n'est pas le propre de toute compagnie qui s'installe dans une ville ?

J'appuie la venue de la Corporation Osisko, mais ce que je déplore ce sont les ententes de "gré à gré" donc confidentielles qui ne sont pas équitables pour tous et ici je ne parle pas de moi.

En effet, certains citoyens ont été avantagés par rapport à d'autres. Mais cela ne se voit pas sauf si vous discutez avec ces mêmes citoyens.

De plus, la relocalisation a été faite en plusieurs phases, comportant un calendrier par bloc de déménagement. Et les différentes phases se sont effectuées différemment les unes des autres.

Personnellement, le 30 septembre 2008, l'on cognait à notre porte à midi pour nous dire que le lendemain 1er octobre, une équipe de déménagement arrivait à 08h a.m.

Nous sommes entrée 6 mois plus tard dans notre maison.

Aujourd'hui, presque un an plus tard, tout n'est pas encore terminé...à l'intérieur comme à l'extérieur.

Ne pensez pas que les citoyens verbalisent leurs frustrations pour rien.

Nous sommes dans un nouveau quartier tout neuf et nous l'apprécions, mais nous avons aussi subit le bruit, la poussière, le stress, etc...pendant plusieurs années sans recevoir aucune compensation financière...de la part de la minière. Ce côté a été repoussé du revers de la main.

Imaginé que vous êtes l'été et que vous sortez sur votre patio, votre galerie pour prendre du soleil...et bien pendant 3 ans, cela a pratiquement été impossible pour nous et pour plusieurs autres citoyens de Malartic parce que la compagnie Osisko effectuait des forages dans nos rues et nos cours.

Ces aspects n'ont pas été mentionné dans votre reportage...et beaucoup d'autres aussi.

Patrick Samuel
Un citoyen relocalisé.

15 septembre 2009
Par : Patrick S. - Malartic

Tous les commentaires