Kilomètre Zéro


Voyez ou revoyez
Les épisodes de Kilomètre zéro en vidéo sur demande.

Suivez-nous sur
Twitter


NOUS JOINDRE

Par courriel
kilometrezero@telequebec.tv

Par la poste
Kilomètre zéro
270, chemin Sainte-Foy
Québec (Québec)
G1R 1T3

Par téléphone
418 643-5303

Comment survivre à la fermeture d'une usine ?

LUNDI 6 octobre 2008 - 19 h

Rediffusion :
Mardi 7 octobre 2008 - 12 h 30
Mardi 7 octobre 2008 - 1 h
Samedi 11 octobre 2008 - 1 h 05

Voir l'émission

L’arrêt des machines

Voir le segment

L’arrêt des machines

À Ville de La Baie, pour survivre à la fermeture de la papetière Abitibi-Consolidated survenue en 2003, l’ancien président du syndicat des employés de l’usine est devenu chauffeur d’autobus. Prenons la route avec lui sur un passé encore douloureux. Au volant de son autobus, il nous livre un témoignage touchant sur la destruction de l’usine qui bouleversa la vie de 640 travailleurs. Par Philippe-David Gagné

À propos de Laval Perron et de Port-Alfred

Laval Perron a travaillé pour l’Abitibi-Consolidated pendant 30 ans et a consacré 20 ans au syndicat dont sept à la présidence. Il s’est battu personnellement pendant des mois pour sauver son usine avant d’abandonner la partie en 2005. Le syndicat comptait notamment sur un plan de relance pour rouvrir l’entreprise mais en vain. Quant à la municipalité de Port-Alfred, elle n’existe plus sous ce nom depuis la fusion de 1976 qui l’a intégrée à la ville de La Baie, laquelle a été fusionnée en 2002 à la ville de Saguenay. (Source : Le Quotidien)

Entre la forêt et la mine : le défi de la formation

Voir le segment

Entre la forêt et la mine : le défi de la formation

À Lebel-sur-Quévillon, la fermeture de la Domtar a compromis l’avenir de 700 travailleurs du secteur forestier. Ajoutez les emplois indirects perdus; c’est tout un choc pour cette petite ville de 3000 âmes construite en 1965 spécifiquement pour la compagnie. Trois ans plus tard, voyons comment certains relèvent le défi de la formation afin de passer de la forêt à la mine. Par André Cullen

À propos de la mine de Lebel-sur-Quévillon

Située à 45 minutes de Lebel-sur-Quévillon, la mine Langlois exploite du zinc et est la propriété d’une entreprise de Toronto (Breakwater Ressources). Comme d’autres compagnies minières, elle manque de personnel qualifié. À tel point que ces dernières années, elle a dû recruter des travailleurs jusqu’en Tunisie. Certains chômeurs de la région ont quant à eux pu suivre des formations financées par le gouvernement du Québec pour se joindre eux-aussi à la mine. (Sources : La Presse, ville de Lebel-sur-Quévillon, CRÉ-Abitibi-Témiscamingue)

L’entrevue : la survie, une question de créativité

Voir le segment

L’entrevue : la survie, une question de créativité

Karina Marceau s’entretient avec Nathaly Riverin la fondatrice du Centre de vigie et de recherche sur la culture entrepreneuriale de la Fondation de l’entrepreneurship. Avec elle, découvrons comment survivre aux fermetures d’usines en échangeant notamment l’extraction de nos ressources naturelles pour l’exploitation accrue de la créativité et du potentiel humain… seules ressources réellement inépuisables.

À propos de l’entrepreneuriat

Le terme entrepreneuriat (« entrepreneurship » en anglais) réfère à la « mobilisation » et à la « gestion des ressources humaines et matérielles pour créer, développer et implanter des entreprises » (Office de la langue française). Pour en savoir plus sur le sujet, on peut consulter le site de la Fondation de l’entrepreneurship ou encore celui du Concours québécois en entrepreneuriat.

Murdochville : la condamnée qui reprend vie

Voir le segment

Murdochville : la condamnée qui reprend vie

En 2002, après que Noranda ait poussé la moitié de la population au chômage en mettant fin à toutes ses activités sur place, 65% des citoyens de Murdochville avaient voté en faveur de la fermeture de la ville.
En compagnie de son épicier et de jeunes entrepreneurs qui croient fermement à son avenir, voyons comment Murdochville fait aujourd’hui un pied de nez à ses propres citoyens qui avaient souhaité sa mort. Par Mathieu Boudreau

À propos de Murdochville

Pour obtenir les coordonnées de l’auberge Chic-chac de Murdochville, cliquez ici. Au nombre des projets pour la ville, on fonde des espoirs sur les secteurs de l’exploitation pétrolière et de la géothermie.

Le Carrefour

Comment survivre à la fermeture d'une usine ?

Envie de réagir? Kilomètre zéro met un carrefour à votre disposition pour vous exprimer.


VOS COMMENTAIRES (1)

Re: Comment survivre à la fermeture d'une usine ?

Suite à la diffusion de cet émission je désire émettre mes commentaires.
Pour avoir vécu à Lebel sur Quévillon de 1968 à 1998 je comprend ces gens et ce qu'ils vivent.Mon Mari a travaillé 20 ans à l'usine de pâte et 10 ans à l'usine de sciage comme cadre. En 1998 lui et quelques uns de ses confrères de travail ont été jeté à la porte de fâçon singulière comme des bandits. À partir de ce moment j'ai su que la vie de ces gens et de cette ville changerait.
Quand j'ai vu le reportage j'ai été très émue. Je suis triste pour ces gens qui ont fait beaucoup de sacrifices. Il ne faut pas oublier que ces gens vivent dans une ville en plein coeur de la forêt avec très peu de commerces, avec des services restreints et pas beaucoup de distractions et quand j'entend ces gens dire qu'ils ont été gâté moi je leur dit non.Vous avez consacré votre vie à une compagnie très peu reconnaissante pour les sacrifices que vous avez dû faire.Je comprend la tristesse de ces gens, leurs inquiétudes ,leurs angoisses.
À ces gens qui ont tellement de courage et une force morale surprenante je suis de tout coeur avec vous .Je vous souhaite un meilleur avenir vous le méritez.Bonne chance à tous

Diane Boulet

8 octobre 2008
Par : Diane B. - Notre Dame des Monts

Tous les commentaires

Le kilomètre de plus

Comme disait Félix Leclerc...

Comme disait Félix Leclerc...

Voir la vidéo

De la forêt à la mine, Jacques Racicot nous parle de sa nouvelle vie.